Safari de cétacés...

Publié le par ileauxnattes

 Extrait ...

 

La voix du commandant nous informe :

 - Attention, notre voyage va être perturbé, car des baleines en nombre viennent de nous être signalées sur  notre parcours. 
Rassurant, il ajoute:
  - Probablement, cela va engendrer quelques perturbations et vagues...  
Quelques réflexions de jeunes touristes enjoués fusent:
   - Super, ça va tanguer, enfin un peu d'ambiance, tous à l'eau !  
Le commandant, un peu plus énervé, monte sur un banc, devient plus directif et, s'adressant aux jeunes, il clame :
   - Le sujet est sérieux : restez impérativement assis, tenez vous à vos bancs, pas de cris et priez si cela peut vous aider...  
...

 

Le bateau déjà réduit sa vitesse, les matelots debout de chaque côté du pont se sont emparés de grandes perches, qui pourtant à mon avis sont des allumettes pour ces grosses bêtes-là. À deux cents mètres les mastodontes annoncés apparaissent devant nos yeux ébahis, enfin surtout pour nous les touristes, car les locaux ne semblent pas étonnés. Mon voisin, d’ailleurs, a toujours le nez dans son journal et devant mon étonnement m'indique d’un ton professoral :
  - Entre juillet et fin septembre, des centaines de baleines à bosse passent par le détroit qui sépare l’île Sainte-Marie de Madagascar.
Ces énormes « Léviathans » de trente à quarante tonnes, d'une longueur moyenne de dix-sept mètres, viennent de l'Antarctique. Une distance parcourue de six mille kilomètres, donc, qui force notre admiration... Des « éclaireuses » arrivent au début du mois de juin, puis beaucoup d'autres rejoignent cette zone tropicale pour s’accoupler. Les femelles fécondées l'année précédente viennent près des côtes après leurs onze mois de gestation pour mettre bas, d'autres se feront féconder. Les eaux suffisamment chaudes permettront le sevrage de leurs baleineaux. Ici les cétacés sont en grande récréation trois mois à l'abri des pirates historiques qui se sont retirés depuis longtemps... Ces grosses dames baleines attendent ensuite qu’ils aient complété l’épaisseur de leur manteau de graisse, jusqu'à trente centimètres, avant de repartir vers les mers froides.
En somme, moi qui pensais vivre ici dans ce canal Ste-Marie un moment extraordinaire et surtout unique dans ma vie et dans l'humanité... J'assiste en live, non pas à un événement, mais à une péripétie reproductible et donc banale. Pour les locaux c'est la maternité baleinière ou encore l'habituel rassemblement syndical des colosses de l'océan Indien.

Au lointain, à bâbord, des sauts, des frappes de caudales, de pectorales et de rostres se succèdent dans un ballet fabuleux. À tribord, dans mes jumelles, j'entrevois deux d'entre elles accolées l'une à l'autre. Une curieuse alternance de jetés de caudale dans les airs et des souffles à jets d'eau verticaux. S'amusent-elles ou sont-elles dans un ballet érotique ? Je devine un sexe rose, long et courbé, s'agitant dans la danse nuptiale. Vais-je assister à un coït d'enfer, là sous mes yeux, en direct et devant témoins ?

Quelle impudeur chez les baleinoptères !

À gauche, trois dos de cétacés émergent de l'eau, ce sont de braves « mères de familles » avec leurs gros 'pioupious' à leurs côtés. Là, nous sommes dans une scène familiale où l'érotisme n'est pas de mise, on éduque les bébés et on les prépare à dominer les mers et océans et peut-être à éviter les voyous des mers nipponnes, friands de baleines...

Il est vrai que ce matin, avant de prendre la mer, j'ai eu largement le temps de parcourir les pages du guide touristique et de constater que ces baleines offrent à la région un décuplement d'activités touristiques.
Les voyagistes, les clubs nautiques et tous les hôtels ont des bateaux spécialisés, les locaux mettent à l'eau leurs barques précaires, des guides se louent à la journée. Pour respecter nos mastodontes, leur éviter le stress et surtout les retrouver chaque année, la police nautique est très représentée sur les lieux. L'on a inventé une réglementation précise pour gérer toute cette flottille anarchique. Trois cercles concentriques de 100m, 200m, 300m, liés au sens de déplacement des baleines, autorisent ou interdisent des zones d'observation différentes.
Vous voyez bien que le sujet est sérieux et sensible... il ne manque que le porte-avions de la marine nationale et son Amiral en chef installé sur la proue avant, avec évidemment sa corne de brume réglant la circulation des « safaris baleines ».

..... suite ....

 

baleine bosse 06    sexe d'une baleine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article